• Accueil
  • > societe
  • > Cameroun – Douala : ces poteaux électriques qui font peur

Cameroun – Douala : ces poteaux électriques qui font peur

Plusieurs poteaux défectueux côtoient d’un peu trop près des habitations avec les risques d’accident et d’incendie que ça engendre

 7698.jpg

 

La jeune Agnès revient de loin. Elle a été violemment percutée par un poteau électrique au quartier New-Bell à Douala le week-end dernier. Couchée sur un lit d’hôpital elle raconte : « Je ne m’entendais même pas. J’ai juste entendu le cri d’une amie, ensuite j’ai vu comment le poteau tombait ; en prenant la fuite, le poteau m’est tombé dessus ».

Aujourd’hui, la jeune fille souffre d’une fracture du genou. Cet accident, les habitants du quartier New-Bell l’avaient prédit. Depuis plusieurs mois, une violente tornade avait fragilisé le poteau électrique responsable de l’accident d’Agnès.

Les poteaux électriques défectueux font foison dans les quartiers de la capitale économique du Cameroun. Au quartier Logbaba, c’est une dizaine de poteaux électriques rongés par les termites qui jonchent le chemin. L’image est quasi identique dans des quartiers résidentiels comme Akwa et Bonanjo.
Ici, les poteaux électriques de haut en bas sont parsemés de trous. Au lieu dit nouvelle route Bessengue, les poteaux électriques sont presque divisés en deux. « Nous avons juste constaté il quelques temps comment le poteau s’affaissait », explique un riverain de la nouvelle route Bessengue. Sur ce poteau électrique défectueux, des fils électriques serpentent. Quelques uns ont été déjà découpés.

Ces poteaux électriques installés par Aes-Sonel, la société de distribution d’énergie électrique, créent une peur grandissante chez la population. Un riverain du quartier Nyalla à Douala s’est plaint auprès des agents de Aes-Sonel pour que l’on remplace son poteau électrique qui est prêt à tomber. « Ils nous disent seulement « on va voir ». Sans suite », regrette t-il.

Pour construire ces poteaux électriques, Aes-Sonel utilise l’Eucalyptus comme le type de bois. Selon un expert en bois à la délégation régionale de la faune et de la forêt pour le Littoral, les poteaux électriques de la société Aes-Sonel tombe en décrépitude car ils datent de plus de vingt cinq ans. « Avec l’abondance des pluies, les insectes et les termites s’attaquent au bois. Sous le poids de l’âge les poteaux commencent à tomber », explique t-il.
Plusieurs poteaux électriques affaissés causent parfois des morts. Un habitant du quartier Ndogpassi III révèle qu’il y a environ trois mois, une dame avait été tuée par un poteau électrique. Dans d’autres quartiers, ce sont des maisons qui ont été consumées à la suite d’un incendie provoqué par un poteau électrique défectueux : « Parfois ont voit des étincelles qui jaillissent du poteau électrique. Un jour, on va seulement entendre qu’il y a incendie ici », confesse une employée d’une entreprise d’assurance au carrefour idéal.

Rencontré à la direction générale d’Aes-Sonel à Douala, Alexandre Siéwe, responsable commercial, a affirmé que la société est au courant de cette situation. Celui-ci a confié que la société a mis sur pied un numéro d’urgence pour régler ce type de problème : « [i Il faut que les clients apprennent à alerter les agents en cas de problèmes. Nous faisons les campagnes pour cela] », a-t-il déclaré. Cependant, l’appel à ce numéro d’urgence n’est pas gratuit. La société explique que c’est une manière de limiter les dérangements.
 

3 mars, 2010 à 17:51


Laisser un commentaire