• Accueil
  • > economie
  • > Cameroun – Tiko : une commission mixte pour évaluer les dégâts de l’incendie

Cameroun – Tiko : une commission mixte pour évaluer les dégâts de l’incendie

A l’heure actuelle, on estime que 800 boutiques sont détruites et les pertes se chiffrent en milliards de francs Cfa.

 7708.jpg

Une commission mixte d’évaluation des pertes occasionnées par l’incendie du marché de Tiko est à pied d’œuvre sur les lieux. Dans le même temps, l’opération d’identification des victimes continue. Une enquête est également ouverte pour établir les responsabilités des uns et des autres et déterminer la provenance du feu.

A l’heure actuelle, on estime que les pertes se chiffrent en milliards de francs Cfa et près de 800 boutiques ont été réduites en cendres dans l’incendie qui s’est déclenché au soir du 2 mars 2010.

En attendant les résultats officiels de l’enquête, l’on parle déjà d’installations électriques non-conformes, avec des fils dénudés et des branchements hasardeux. En plus de l’absence du corps des sapeurs pompiers dans la région du Sud-Ouest, l’ampleur des dégâts serait dû aux constructions anarchiques.
En attendant les résultats officiels de l’enquête, l’on parle déjà d’installations électriques non-conformes, avec des fils dénudés et des branchements hasardeux. En plus de l’absence du corps des sapeurs pompiers dans la région du Sud-Ouest, l’ampleur des dégâts serait dû aux constructions anarchiques.

Les boutiques du marché étaient construites en désordre et en matériaux provisoires de récupération. Avant l’incendie du marché de Tiko, ceux de Mokolo à Yaoundé, de Douala, de Limbé et de Kumba ont connu le même sort.
Le marché de Tiko étaient un marché sous régional avec notamment des échanges économiques avec le Nigéria. Cette ville située dans le département du Fako est désormais sans marché et les habitants se ravitaillent dans les marchés de Buéa, Mutenguéné ou Limbé.

L’activité principale dans cette ville est la culture de l’hévéa et la récolte de caoutchouc brut. Dès l’effectivité de la décentralisation, les communes ne disposant pas de corps de lutte contre les flammes pourraient s’en doter.
 

5 mars, 2010 à 20:43


Laisser un commentaire