» Catégorie : Education


L’association pour la defense des droits des Etudiants du Cameroun

Commentaires » 0

 Par Alain Metomo

L’Association pour la défense  des droits des étudiants(ADDEC) est né le 31 mars 2004 à l’amphi 501 de l’Université de Yaoundé I à la suite d’une réunion convoquée par les leaders étudiants à savoir Penda Penda Jules de l’Université de Yaoundé,Jean Claude Mapout de l’ESSIG de Douala,Tsafack Alain de l’ESTIC de Yaoundé et Ngouafor Ngu John de l’Université de Buéa à l’effet d’examiner un problème ponctuel, en l’occurrence les conditions de paiement des droits universitaires imposées par les autorités universitaires.

A l’issue de l’examen du problème, les huit cents étudiants réunis dans cet amphi estimeront que le problème des droits universitaires est intimement lié à l’abandon de ce secteur par les autorités gouvernementales. Ils trouveront également que le secteur était d’autant plus délaissé que la liste éloquente de revendications socio-académiques – globalement assimilées à l’absence de tout – allaient en s’aggravant avec le déficit d’un leadership estudiantin autonome, légitime et par conséquent crédible.

Ils décideront donc souverainement de mettre sur pied un comité de quarante-quatre étudiants qui iront choisir le mode et le type d’organisation sous lequel les problèmes des universités camerounaises en général et ceux des étudiants singulièrement devaient être examinés et portés à l’attention des autorités universitaires et gouvernementales.

C’est ainsi que le Groupe des 44 élaborera ; toute la nuit un mémorandum de revendications socio-académiques (construction des toilettes, équipement des laboratoires et des bibliothèques, paiement des droits universitaires en deux tranches, réfection des restaurants universitaires, etc. et un acte de création d’une association estudiantine autonome vis-à-vis de toute force autre que celle estudiantine dont le nom sera: Association pour la Défense des Droits des Etudiants du Cameroun en abrégé ADDEC.

Conformément la loi n°90/053 du 19 décembre 1990 régissant les libertés associatives au Cameroun, le procès verbal de la convention élective et les textes fondateurs du mouvement seront enregistrés et reconnus à la préfecture du Mfoundi le 5 août 2004 sous le numéro 2438.

L’Association a déjà eu trois exécutif depuis sa création et a mené des activité diverses allant dans la grève de la faim, aux campagnes de sit-ins et de mobilisation en passant par la formation des étudiants et des enquêtes de terrain à l’effet de mieux examiner et poser les problèmes de nos universités tout en y apportant aussi des solutions toutes les fois que cela s’avère possible.

L’ADDEC est représentée dans presque tous les campus de la République et fonctionne avec des associations d’étudiants dans les universités où elle n’a pas de représentants.